Sexting

« Sexting » est un mot-valise formé des termes anglais « sex » (sexe) et « texting » (envoi de SMS). Il désigne l’envoi, par des jeunes (ou des adultes), de photos de soi osées ou dénudées, par SMS, e-mail, webcam ou autre. La plupart du temps, ces photos sont seulement adressées au partenaire, mais il arrive qu’elles soient envoyées à quelqu’un avec qui le jeune n’a pas de relation amoureuse, voire à de parfaits inconnus. Quand ce comportement pose-t-il problème et comment gérer la situation en tant que parent ?

 

Qu’est-ce que le sexting ?

Les jeunes utilisent les médias sociaux et d’autres moyens ICT pour se livrer à diverses expérimentations sur le plan sexuel : ils s’envoient des messages ou des photos à caractère sexuel, prennent des poses aguichantes et flirtent devant la webcam. Cette expression de leur sexualité n’est pas problématique en soi, mais comporte certains risques.

Pourquoi les jeunes agissent-ils de la sorte ?

Les enseignants et éducateurs éprouvent souvent des difficultés à comprendre les raisons qui amènent les adolescents à envoyer des photos sexy d’eux-mêmes. Ces raisons peuvent être multiples. Le sexting est généralement lié à une découverte « normale » de la sexualité chez les jeunes, dans le cadre d’une relation amoureuse. Certains jeunes envoient aussi leurs photos à des personnes qu’ils ne connaissent absolument pas, parce qu’ils jugent la chose moins risquée. Ils veulent ainsi être l’objet d’une certaine forme d’intérêt sexuel. Parfois, le sexting est aussi considéré comme une sorte de blague ou de défi entre amis.

Quand le sexting devient-il problématique ?

Dans nombre de cas, le sexting n’est absolument pas problématique. Les photos ne quittent pas le cadre intime dans lequel elles ont été envoyées et les jeunes ont suffisamment de respect l’un pour l’autre pour ne pas les diffuser en dehors.

Parfois cependant, cette confiance est trahie et les photos sont transmises à d’autres personnes, voire publiées sur Internet.

La gravité de la situation dépend de plusieurs facteurs :

  • La nature des photos : s’agit-il de photos en sous-vêtements ou sexuellement explicites ? Voit-on seulement le corps ou aussi le visage ?
  • L’intention : pourquoi a-t-on fait ces photos ? La « victime » était-elle tout à fait consentante ou y a-t-il eu une certaine contrainte/une mauvaise appréciation ?
  • L’ampleur de la diffusion des photos : s’agissait-il d’un SMS envoyé à une seule personne ou d’une publication sur Facebook ?

Gestion des dérapages liés au sexting au sein d’une école ou d’une organisation de jeunesse. 

Dans le cadre de vos fonctions d’enseignant, comment allez-vous gérer la situation ? Que faire si ce dérapage survient au sein de l’école ? Quelle est la meilleure façon d’aborder le sujet avec les élèves ?

Quelques principes essentiels à retenir :

  • Rôle informatif : il importe que la direction et les enseignants connaissent l’existence du sexting et sachent en quoi il consiste. Dans le cadre de l’éducation aux médias, on peut alors attirer l’attention des élèves, mais aussi des parents, sur le sujet.
  • Intégrez l’éducation aux médias axée sur le sexting dans les cours existants : ICT, éducation sexuelle, projets libres, etc.
  • Ne condamnez pas : l’envie d’expérimenter et de tester les limites sont indissociables de l’adolescence.
  • Sensibilisez : amenez les élèves à prendre conscience des risques, à savoir que si des photos sexuellement explicites sont largement diffusées, il sera extrêmement difficile de les récupérer pour les supprimer.
  • Réfléchir à l’impact psychologique qu’entraîne la diffusion d’un sexting.
  • Insistez sur la responsabilité de chaque élève. Une situation dépasse les bornes ? Veillez à ce que les autres élèves puissent signaler les faits à une personne de confiance au sein de l’école.

© 2015 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912