Europe : les signalements d'exploitation sexuelle d’enfants transmis par les entreprises technologiques chutent soudainement de 46 %. Il est grand temps de parvenir à un accord politique dans le débat sur l’e-privacy.

Child Focus News

21-01-2021

Europe : les signalements d'exploitation sexuelle d’enfants transmis par les entreprises technologiques chutent soudainement de 46 %. Il est grand temps de parvenir à un accord politique dans le débat sur l’e-privacy.

Le Conseil de l'UE, la Commission européenne et le Parlement européen n'étant pas parvenus à un accord sur la dérogation temporaire à la directive « Vie privée et communications électronique », le code européen des communications électroniques est entré en vigueur le 21 décembre 2020. Cette directive empêche les fournisseurs de services en ligne, y compris les médias sociaux, de rechercher de manière proactive des contenus et des comportements illégaux tels que des images d'abus sexuels sur mineurs et le « grooming ». Les négociations vont bientôt se poursuivre, mais aujourd'hui, le mal est déjà fait. À la fin de l'année dernière, Facebook, entre autres, a décidé de désactiver plusieurs outils permettant de détecter ce type de contenu pédopornographique dans l'Union européenne. En trois semaines, depuis l'entrée en vigueur des nouvelles règles, le NCMEC (Centre national américain pour les enfants disparus et exploités) a constaté une chute significative du nombre de signalements d'exploitation sexuelle sur les plateformes de médias sociaux - d'environ 46 % !

Ces chiffres sont très inquiétants et suscitent de nombreuses préoccupations chez Child Focus et ses partenaires.

« Child Focus voit le nombre de signalements d'images d'abus sexuel d’enfants et de grooming augmenter chaque année. Rien qu'en 2020, nous avons enregistré une augmentation de plus de 50 % de dossiers de grooming. En ce qui concerne les images d'abus sexuels sur mineurs, nous avons reçu 2056 signalements, soit une augmentation de près de 50%. Il ne s'agit là que de la partie émergée de l'iceberg, car de nombreux fichiers restent cachés ou dissimulés sur le dark web, et c’est sans compter les signalements provenant directement des médias sociaux. La plupart des entreprises technologiques étant situées aux États-Unis, celles-ci doivent signaler ce contenu illégal au NCMEC, et il s’agit de dizaines de millions d'images par an. Mais si les plateformes de médias sociaux ou d'autres fournisseurs de services en ligne ne sont pas en mesure de rechercher de manière proactive ce matériel ou ce comportement illégal à l'aide de la technologie, ces abus resteront cachés, et les victimes et les auteurs inconnus. Aujourd'hui, nous tirons la sonnette d'alarme : un accord européen doit être trouvé au plus vite. La dérogation temporaire à la directive « Vie privée et communications électroniques » doit être adoptée afin que les entreprises technologiques puissent continuer à nous soutenir dans la lutte contre l'exploitation sexuelle en ligne de mineurs. Sans leur aide, nous perdrons ce combat et les enfants resteront sans protection dans un monde numérique où l'abus et l'exploitation sexuels prévaudront », a déclaré Heidi De Pauw, Directrice de Child Focus.

 

Source : NCMEC https://www.missingkids.org/childsafetyfirst

Plus d'info : Stephan Smets - Directeur de la communication stephan.smets@childfocus.org - +32 486 259 279

© 2021 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912 - Politique de confidentialité - Cookies