OnlyFans, le Airbnb du sexe en ligne

Child Focus News

26-08-2021

OnlyFans, le Airbnb du sexe en ligne

Nous n’aurons pas dû attendre longtemps. La plateforme en ligne OnlyFans revient sur sa décision qui était de ne plus autoriser la vente d'images sexuellement explicites. A vrai dire, je ne suis finalement pas tellement surprise d’apprendre qu’ils font marche arrière. Il est évident qu’ils n’allaient pas mettre en péril leur principale source de revenus. Bien sûr qu’ils continueront à autoriser la vente d'images à caractère sexuel. Parce que le sexe fait vendre. Il y a énormément d'argent à gagner avec OnlyFans, cette plateforme digitale où les « fans » paient directement les fournisseurs de contenu privé. De la même manière qu'Airbnb a révolutionné le monde de l'hôtellerie, cela se produit maintenant dans le monde du porno. Le lien direct entre l'offre et la demande, le « farm-to-table » de l'industrie du sexe, devient ainsi possible et le sexe en ligne est rapidement devenu la principale source de revenus de la plateforme. 

La crise sanitaire n'a fait que rendre la plateforme plus populaire. D'une part, parce que le secteur de la prostitution cherchait d'autres canaux pour continuer à travailler... et d'autre part, parce que certains jeunes entrevoyaient les possibilités offertes. Instagram a explosé lorsque de jeunes influenceurs ont découvert qu’ils pouvaient se faire beaucoup d’argent sur OnlyFans. Plus aucun adolescent n'était choqué lorsque, sous un post Instagram ou Snapchat, apparaissait soudain le commentaire : « comme tu es belle, es-tu sur OnlyFans ? ».

Ainsi, les mineurs aussi ont trouvé le chemin vers ce réseau social, qui, au départ, n'a guère fait d'efforts pour les écarter. Comme toujours, une pression politique et sociale a été nécessaire pour demander à OnlyFans de rendre des comptes. Child Focus a également sollicité à plusieurs reprises plus de protection pour les jeunes. Les contrôles d'identité ont alors été renforcés afin de dissuader les adolescents de vendre des images à caractère sexuel sur la plateforme. 

Mais comme nous le craignions chez Child Focus ... la graine avait été plantée. Vendre sa propre sexualité en ligne est devenu normal pour certains. Ainsi, des mineurs d’âge pour qui la vente en ligne de leurs photos et vidéos semblait être une bonne idée, ont commencé à chercher des alternatives. Des jeunes écrivaient dans leurs stories sur Insta ou sur Snapchat « Tu veux me voir nue ? Alors payconique-moi 5 euros ». Une tendance extrêmement inquiétante qui se poursuivait surtout sous le radar. Il n'y a pas d’investigation sur le phénomène, et personne ne sait où chercher pour faire le point.

C'est exactement la raison pour laquelle, chez Child Focus, nous n'avons pas immédiatement applaudi lorsque OnlyFans a déclaré qu'il n'autoriserait plus les contenus sexuels sur ses plateformes. Le sexe fait vendre et signifie donc de gros revenus pour ces plateformes. Mais pourquoi ne se concentre-t-on pas davantage sur la protection des jeunes ? Pourquoi une réglementation appropriée n'assure-t-elle pas la protection indispensable des mineurs ? Il est temps d'adopter une législation plus stricte afin de responsabiliser l'industrie.

Nous devons donc nous éloigner du débat de OnlyFans et l'ouvrir à l'ensemble du secteur de l'internet. Le fait que des adultes vendent du sexe en ligne n'est pas le problème et donc pas le phénomène à combattre. Ce que nous devons faire, c'est entamer une conversation avec nos jeunes. Une longue conversation, sur la sexualité en ligne. Ce que vous ne devriez pas faire, ce qui vous met mal à l'aise, ne jamais vous laisser forcer à vendre des images. Que votre propre intégrité sexuelle est un bien important à préserver, que vous ne devez pas vous faire du mal. Et que vous ne devez certainement pas pousser quelqu'un d'autre à le faire. « Es-tu sur OnlyFans ? » n'est pas une question innocente, mais une demande de facto à un mineur de se prostituer. En ligne alors. 

Les clients ont également une responsabilité importante, car ils poussent les mineurs vers des formes de prostitution en ligne, simplement en les regardant ou en payant. Ces "fans" de la nudité juvénile sont loin d'être tous mineurs eux-mêmes, et ne sont que trop heureux de profiter de la normalisation actuelle de la vente de son corps sur les médias sociaux. Ils se considèrent inviolables derrière leur connexion VPN, un outil simple qui les rend invisibles et donc intraçables. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire.

Enfin, il n'y aura pas de sécurité en ligne sans cadre juridique, c'est clair. C'est pourquoi je suis catégorique : nous attendons plus, beaucoup plus, des grandes entreprises technologiques qui, par le biais de leurs plateformes, facilitent, volontairement ou non, cette sexualisation des jeunes. Leur responsabilité est énorme dans la lutte contre l'exploitation sexuelle en ligne. L'autorégulation ne fonctionne pas. C'est aux politiques de s'y atteler rapidement ; nous le devons aux usagers les plus vulnérables, dont les mineurs. Bien trop souvent, les initiatives de l'industrie en matière d'e-Safety sont inadéquates ou simplement des coups de marketing, et les auteurs s'en tirent toujours à bon compte. Pas seulement OnlyFans.

 

Heidi De Pauw

Directrice générale de Child Focus

© 2021 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912 - Politique de confidentialité - Cookies