Partager des avis de disparition sur les réseaux sociaux. Une bonne idée ?

Il existe de nombreuses façons de retrouver un enfant disparu. La décision de lancer un affichage papier ou via les réseaux sociaux est toujours bien réfléchie et élaborée par la police, le parquet, Child Focus et les parents. Cette décision ne se prend pas au hasard et ne concerne que peu de cas. L'enquête sur un enfant disparu est généralement menée en toute discrétion. Ceci afin de ne pas entraver l'enquête mais aussi de préserver l'anonymat de l'enfant.

Pourquoi les gens diffusent-ils eux-mêmes un avis de disparition sur les réseaux sociaux ? 

Les personnes qui publient de tels messages sont souvent dominées par l’émotion, impuissantes et seules face au drame qui leur arrive. Dans un contexte pareil, il est possible de prendre des mesures irréfléchies et ce, sans consulter des organisations telles que Child Focus ou la police.

Quand est-il permis de diffuser un avis de disparition sur les médias sociaux ?

L’objectif premier d'un avis de disparition est toujours de trouver des témoins qui peuvent aider à faire avancer l'enquête sur une disparition. Cependant, toutes les disparitions ou enquêtes ne requièrent pas de lancer un avis de disparition. Si la disparition est tellement inquiétante que l’enfant disparu est en danger de mort ou si une enquête menace de s'enliser après un certain temps, un avis de disparition peut être souhaitable et sera alors initié par Child Focus même ou par la police sur les réseaux sociaux. La diffusion d'un avis de disparition officiel est précédée d'une consultation approfondie entre le parquet, la police, Child Focus et les parents. Quand la police ou Child Focus diffuse un avis de disparition, il est alors conseillé de le partager en masse. Grâce à leur connaissance approfondie du dossier, la police et Child Focus sont en mesure de mieux évaluer les médias qu'ils doivent utiliser. Il est parfois plus utile de diffuser un avis de disparition par certains médias locaux, au lieu d'inonder toutes les chaînes nationales.

Quels sont les risques associés à la diffusion d’un avis de disparition n’émanant ni de Child Focus ni de la police ?

Un premier risque auquel s'exposent les personnes impliquées dans la diffusion d'un avis de disparition est qu'elles n'ont aucun contrôle sur la distribution du message et que lorsque l'enfant est de retour, le message ne peut plus être complètement supprimé.

Un deuxième risque est qu'ils fassent l'objet de nombreuses critiques voire de commentaires diffamatoires. Par exemple, des réactions qui jugeraient l'enfant ou la famille. Les personnes qui se trouvent déjà dans une situation d’épuisement émotionnel à la suite de la disparition sont d’autant plus sensibles à la critique.

Un troisième risque est que des témoignages précieux soient perdus parce que le parent ou la personne concernée n’est pas en mesure de filtrer toutes les informations importantes dans le flux des réactions.

Un avis de disparition de Child Focus est rédigé avec le plus grand soin: nous choisissons une photo mûrement réfléchie et actuelle, un texte clair, et mentionnons le numéro de téléphone de la police et de Child Focus où toutes les informations sont centralisées et les appels sont reçus. Derrière cette ligne se trouve une équipe de spécialistes qui assurent un suivi très structuré des appels.

© 2019 Child Focus | Avenue Houba - de Strooper 292 | B-1020 Bruxelles | BE19 3101 2229 9912